Les Talents made in France

Si elle paralyse encore les scènes de concert, l’épidémie de Covid-19 ne freine pas les talents. Et du talent, il y en a ! Particulièrement sur les bancs de la scène française qui, traversée d’échos nouveaux, connaît un engouement certain. Woodkid, Vitalic, l’Impératrice ou encore Thylacine... Entre les artistes qui se réinventent et les nouvelles voix qui bousculent les codes, l’industrie musicale française a de beaux jours devant elle. Album en préparation ou série de concerts en prévision, la suite s’annonce belle pour les talents français. Vous avez envie d’actualité ? Zoom sur les talents made in France les plus en vogue du moment.

Woodkid

Artiste aux multiples talents et facettes, Woodkid fait de nouveau parler de lui ! Woodkid, de son vrai nom Yoann Lemoine, s’est d’abord démarqué comme réalisateur de clips. Excellant dans cet art, qui lui octroiera le prix de meilleur réalisateur de l'année au Gala MVPA à Los Angeles, il met sa passion au service d’artistes de renom tels que Lana Del Rey, Katy Perry, Drake ou Rihanna. Comme insatiable, l’artiste enchaîne les projets et multiplie les collaborations, tant dans l’univers de la mode que de la danse, le cinéma, la publicité ou encore la photographie. Curieux de tout, il s’illustre dans ces univers multiples aux travers desquels il donne à voir son art si singulier. Son single, « Iron » se révèle un avant-goût du succès musical retentissant que connaît son premier album sorti en 2013, « The Golden Age ». Ancré dans un style pop-électro raffiné, ce premier album s’inscrit dans la continuité de son ascension musicale également marquée par l’obtention de la Victoire de la Musique du roupe ou artiste révélation scène en 2014. Alors que l’auteur, compositeur, interprète, graphiste et réalisateur continue à mener de front de multiples projets, il faudra attendre sept ans pour goûter au fruit d’un travail entamé en 2015 : son deuxième album, « S16 ». Empreint de mélancolie et à la limite du politique, ce deuxième album est l’occasion d’un grand come-back sur le devant de la scène. Succès annoncé, cette série de concerts est l’une des plus attendues de l’année.

Pomme

Figure incontournables des artistes à suivre, Claire Pommet alias Pomme, poursuit son ascension musicale avec un nouvel album plus éclairant. Originaire des abords de Lyon, cette auteure, compositrice, interprète et musicienne française fait ses premiers pas sur un EP intitulé « En Cavale ». Sorti en 2016, ce dernier est suivi d’un premier album l’année suivante, « À peu près ». Une première sortie remarquée. Si Pomme ne s’y reconnaît plus vraiment aujourd’hui, ce premier album aura au moins eu le mérite de permettre au public d’entrevoir le talent de l’artiste. Au fil des chansons, celle-ci laisse planer sa voix sur des airs empreints de romantisme, évoquant des thèmes aussi concernants que touchants comme la mort, la solitude ou l’amour. Aujourd’hui, seulement âgée de 24 ans, Pomme compte deux albums à son actif. À l’automne 2019, paraît en effet « Les Failles », un deuxième album coréalisé avec Albin de la Simone, plus à l’image de la chanteuse. Cette nouvelle production dont elle a signé la musique et toutes les paroles et qui lui vaut une Victoire de la Musique, fait entendre des sonorités nouvelles. Ce qui fait la force de l’artiste c’est avant tout ses textes intimes et justes associés à son timbre émouvant et puissant, mis en valeur par des arrangements étonnants. L’artiste pop-folk qui s’élève aujourd’hui contre la culture du viol et du harcèlement sévissant impunément dans l’industrie musicale reprend progressivement le chemin des salles pour le bonheur de ses fans.

Ben Mazué

Repéré en 2006 lors du festival Jacques Brel de Vesoul où il reçoit le prix SACEM des découvertes, Ben Mazué est l’un des artistes français à suivre. Ce chanteur niçois impose lentement mais sûrement son style à part, mêlant des influences jazz, soul, chanson française, hip-hop et rap. En constante recherche du mot juste, cet artiste aux multiples talents livre des performances étonnantes à la manière d’un stand up musical. S’il se consacre d’abord à des études de médecine, c’est finalement la créativité qui l’emporte ! Aujourd’hui auteur, compositeur, musicien et interprète, Ben Mazué se lance dans la musique à 25 ans. L’artiste enchaîne alors les représentations dans des bars au sein du groupe La Plage, mais aussi en première partie ou sur la scène des Francofolies et du Printemps de Bourges. Longtemps resté dans l’ombre, il œuvre aux côtés de grandes figures de la chanson française comme Patricia Kaas, Grand Corps Malade ou Axelle Red. Amoureux des mots, Ben Mazué signe ainsi plusieurs chansons d’artistes. En 2009, il livre un premier EP, « Terrain d’entente », puis, en 2014, son premier album intitulé « 33 ans » qui se lit comme un voyage à travers les étapes majeures de la vie. Trois ans plus tard, s’ensuit « La femme idéale » et enfin, en 2020, « Paradis », un nouvel opus touchant et juste qui ancre un peu plus encore le succès de Ben Mazué.

Suzane

Reconnaissable à sa combinaison bleue et noire, inspirée par Bruce Lee, Louis XIV et Elvis Presley et semblable à une tenue de combat, Suzane connaît une ascension fulgurante. Avant même la sortie de son premier album, la chanteuse est déjà un phénomène. Celle qui a passé de longues années au Conservatoire de danse d'Avignon se rêvant danseuse, éveille désormais les foules avec ses folles chorégraphies et ses clips soignés. Repérée en 2017 alors qu’elle était serveuse, Océane Colom dite Suzane prend la direction de la scène et des studios. Entre ses clips pensés jusque dans les moindres détails et sa voix singulière, l’artiste se fraye bien vite un chemin vers le succès, séduisant par son originalité. Chanson française bien comme il faut et électro, la chanteuse a appris l’art de concilier. En abordant des thèmes comme le harcèlement, l’environnement, le sexisme ou encore l’homophobie, la chanteuse ancre pleinement son art dans la société d’aujourd’hui. En 2019, elle s’impose comme l’artiste la plus programmée dans les festivals, ce qui lui vaut d’être nommée aux Victoires de la Musique dans la catégorie révélation scène. Aujourd’hui, Suzane sort son tout premier album, « Toï Toï ». Très attendu, cet album qui aura offert à la chanteuse une nomination dans la catégorie artiste féminine aux Victoires de la Musique 2021, sera prochainement suivi d’une première tournée de concerts qui s’annonce sensationnelle.

La Femme

Quand on parle de l’avenir du rock français, La Femme est un nom qui revient régulièrement. Le groupe de musique naît, en 2010, de l’association de Sacha Got et Marlon Magnée, deux musiciens originaires de Biarritz. Les deux fondateurs sont bientôt rejoints par Noé Delmas, Sam Lefèvre et Clémence Quélennec, au micro. La même année, le groupe se produit sur la scène de La Cigale à Paris lors du Festival des Inrocks alors qu’il présente son premier EP. Aussi surprenant que novateur, « Le podium #1 » s’inscrit à contre-courant de ce qui se fait à l’époque. Très vite, c’est le coup de cœur ! En 2013, paraît le premier album, « Psycho tropical Berlin ». Unanimement salué par la critique, il permet à La Femme de décrocher les Victoires de la Musique dans la catégorie album révélation de l'année. Vient ensuite « Mystère » en 2016, une année alors en proie aux hymnes électro-pop. Toujours inspiré par les mouvances dance des années 60 et 80, La Femme s’imprègne également volontiers de rap et de musique orientale. Riche d’influences et d’horizons divers, La Femme se construit progressivement un univers psychédélique presque futuriste. Mêlant différentes voix féminines, le groupe contribue d’ailleurs au lancement de la jeune chanteuse Clara Luciani qui donne de sa voix sur plusieurs morceaux. À géométrie variable, celui qui ne se considère ni vraiment comme un groupe ni comme un collectif, mais plutôt comme une association humaine ou un groupuscule use de ses talents combinés pour révolutionner le paysage musical français. Tout en se faisant le portrait d’une génération quelque peu désabusée, La Femme s’impose comme le pionnier de la tendance french pop psyché. Continuant sur sa lancée, La Femme revient avec un troisième album intitulé « Paradigmes » en avril 2021, prêt à surprendre de nouveau avec sa musique hypnotique.

L'impératrice

Constitué de six membres, L’Impératrice n’a de cesse de faire parler de lui. Grâce à ses hymnes électro-funky à part, le groupe français a su se faire un nom à l’échelle internationale. France, mais aussi États-Unis ou encore Turquie, L’Impératrice a le goût de la scène. Après un premier succès public comme critique avec leur album « Matahari », le groupe de musique mené par Charles de Boisseguin, enchaîne sur un deuxième succès avec « Tako-Tsubo ». Plus qu’un nom d’album, tako-tsubo désigne une pathologie bien réelle, celle du syndrome des cœurs brisés qui explose depuis l’arrivée de la Covid-19. Cet opus entre en rupture avec leur style musical connu jusque-là. Désormais plus libres dans leurs compositions, les six membres de L’Impératrice livrent des morceaux plus colorés s’inspirant de leur vécu et cassent le schéma structurel traditionnel couplet-refrain. En abordant la question du féminisme ou des réseaux sociaux, L’Impératrice s’adresse pleinement au jeune public engagé et dynamique d’aujourd’hui. Ouvertement influencé par les pionniers de la french touch, Daft Punk, le groupe l’est aussi plus précisément par le funk, le disco, la pop, l’électro ou le hip-hop. Sur le fond comme la forme, le groupe de musique fait bouger les lignes. S’il n’a pu se rendre sur les planches du festival Coachella 2020, annulé en raison de l’épidémie, sa tournée française a quant à elle des chances de voir le jour.

Wax Tailor

Assumant les rôles d’auteur, compositeur et producteur de musique, Wax Tailor est un artiste accompli. Aujourd’hui âgé de 45 ans, Wax Tailor, de son vrai nom Jean-Christophe Le Saoût, peut se targuer d’un sacré palmarès. L’artiste né à Vernon aura entre autres produit cinq albums, sillonné les scènes musicales du monde près d'un millier de fois, enregistré la bande originale du film « Paris » de Cédric Klapisch et même réalisé un film documentaire sur les disquaires indépendants américains. Inspiré par la pop des années 60 et la musique afro-américaine, celui qui s’est fait connaître dans les années 90 a exploré autant les mouvances hip-hop que downtempo et électro. Sa carrière musicale a notamment été marquée par son lot de récompenses dont un Indie Music Award et le Grand Prix des Musiques Électroniques. Depuis « Tales of the Forgotten Melodies », son tout premier album sorti en 2005, Wax Tailor fait résonner son art à l’international, de l’Europe à l’Amérique en passant par l’Asie. Attendu depuis 2016, après près de cinq années d’absence, « The Shadow of Their Suns », le sixième album de l’artiste sort enfin. Faisant office d’exutoire musical, « The Shadow of Their Suns » se présente comme un album engagé dans lequel l’auteur-compositeur fait le bilan et partage ses craintes sur le changement climatique ou la liberté d’expression. Si l’épidémie freine la promotion de l’album, une tournée française s’annonce pour la fin 2021.

Yelle

Si son succès ne date pas d’hier, Yelle revient sur le devant de la scène musical française. Elle a émergé avec le titre « Je veux te voir », mais depuis elle a fait du chemin, et pas des moindres ! La chanteuse répondant au nom de Julie Budet et son fidèle acolyte le producteur Grand Marnier, ont fait leurs débuts à l’époque de MySpace et de la Tecktonik. En 2005 paraît le titre « Je veux te voir », initialement intitulé « Short dick Cuizi ». Adressé directement au groupe à l’origine du titre « Girlfriend », TTC, « Je veux te voir » se pose comme un doigt d’honneur à la culture sexiste et ridiculement provocatrice d’une partie de l’industrie musicale rap et hip-hop. Le succès est immédiat, en France comme en Belgique, et fait décoller la chanteuse. Forte de son succès, Yelle enchaîne avec un nouveau succès, le titre « À cause des garçons » dont le clip demeure aujourd’hui aux yeux de l’histoire de la musique une illustration parfaite de la mouvance Tecktonik. Ce qui fait la signature de Yelle, c’est ce style pop-électro coloré et dynamique, souvent drôle, à la fois dans l’air du temps et décalé. Cet esprit à la fois ancré dans le réel et décalé, Yelle lui donne un nouveau souffle aujourd’hui à travers son quatrième album, « L’Ère du Verseau », sorti en 2020. Après trois albums dont « Pop Up » et « Safari Disco Club », et une carrière qui se poursuit à l’international, sort ce quatrième opus. Textes faussement naïfs et auto-tune sont ainsi mobilisés pour un nouveau succès qui ancrera probablement encore un peu plus le nom de Yelle dans l’histoire musicale française.

Thylacine

Son approche surprenante de la musique électronique en a fait une nouvelle tête d’affiche de la scène musicale française. William Rezé, plus connu sous le pseudonyme Thylacine, est un compositeur et musicien français en vogue. Ce voyageur-compositeur touchant nous invite à voyager et à ressentir au fur et à mesure de ses compositions. Profitant de la grande diversité qu’offre la musique électronique tant en matière de style, que de genre ou de format, Thylacine sort du lot, loin des codes imposés et se montre là où on ne l’attend pas. Passé par le conservatoire de musique classique puis les Beaux-Arts, cet artiste originaire d’Angers a finalement trouvé sa voie en 2012, lorsqu’il part à l’assaut de la musique électronique. Inspiré par ses rencontres et expériences de voyage, Thylacine se passe des règles et préfère enregistrer un chamane que de se soumettre à un featuring en bonne et due forme. Son premier opus, Transsibérien, sort en 2015. Né à bord du train du même nom, cet album concept fait de Thylacine une figure de l’électro alternative française. En donnant Roads vol.1, son voyage en caravane en Argentine se classe aussi au palmarès des voyages ayant inspiré les compositions de l’artiste. Sonorités, rencontres, paysages... le compositeur est en constante quête d’inspiration, faisant souffler un vent de nouveauté sur l’industrie musicale française. Si le confinement ferme la porte au cadre propice à sa créativité, Thylacine parvient tout de même à composer et sortir « Timeless », son deuxième album. Dans ce nouvel opus, de Verdi à Mozart, le musicien originaire d’Angers revisite les grands classiques. Beethoven, Debussy, Schubert, Mozart, Satie... Tous sont passés au crible par une approche électronique encore jamais entendue. Oscillant entre des sonorités variées allant du chill-électro au mix rock-techno, les morceaux de « Timeless » apportent un autre regard sur la musique classique.

Que l’industrie musicale française se rassure, avec de tels talents, elle n’a pas fini de faire parler d’elle !

Arrow scroll to top