Interview Dom La Nena

Vous êtes Parisienne, née au Brésil, et avez passé votre adolescence à Buenos Aires : que vous apportent ces trois cultures ?

Petite, j’ai abordé la musique avec ce rapport festif et naturel des Brésiliens. Puis en France et en Argentine, où je suis allée étudier le violoncelle grâce à Christine Waleska, j’ai eu ce parcours plus académique, rigoureux. Aujourd’hui le français, le portugais et l’espagnol sont comme mes trois langues maternelles, et je chante dans les trois selon ce que la mélodie me dicte !

Tempo est votre troisième album solo : comment l’avez-vous conçu ?

C’est un album intime, accoustique, que j’ai réalisé en solo, durant ma grossesse, en parallèle du duo Bird on the Wire, que je forme avec Rosemary Standley (de Moriarty). Il est composé à 99% en violoncelle-voix, violoncelle avec lequel j’ai énormément expérimenté pour en tirer plein de sons différents : je pince les cordes, je le percute, je trafique son son… Un vrai laboratoire !

Vous avez donné un concert dans L’Invit.Live des Espaces Cuturels. Quels sont vos projets de « vraie » scène cette année ?

Si tout se passe bien, mes concerts reprennent dès la fin mai, avec beaucoup de dates cet été. En septembre, on sera à L’Olympia avec Rosemary, puis au Café de la Danse en solo… et enfin un beau projet encore secret en fin d’année au musée d’Orsay !

Arrow scroll to top