Game Awards 2020

Retransmis à distance (pandémie oblige) depuis Los Angeles, Londres et Tokyo le les Game Awards ont donc livré leur verdict le 10 décembre 2020. Ces « Oscars du jeu vidéo », imaginés et animés par le journaliste canadien Geoff Keighley depuis maintenant 7 éditions ont couronné un net vainqueur : The Last of Us Part II (avec 7 récompenses, dont celle de jeu de l’année), et une console phare : la PS4, dont le catalogue est largement majoritaire au palmarès, pour cette dernière année avant le passage de témoin vers les consoles next-gen.

Jeu de l’année : The Last of Us Part II

Après The Legend of Zelda: Breath of the Wild, God of War et Sekiro: Shadows Die Twice, The Last of Us Part II est donc la “palme d’or” du jeu video 2020. Une conclusion quasiment inéluctable pour la suite aussi attendue que parfaitement réussie du légendaire The Last of Us.

Cinq ans après leur road trip apocalyptique dans une Amérique ravagée par la pandémie, Ellie et Joel ont donc trouvé refuge dans le Wyoming. Cinq ans de calme et de sécurité relatifs, jusqu’à ce que le malheur vienne les frapper en la personne de la vengeresse Abby.

Meilleur jeu d’acteur, meilleur design audio, meilleure réalisation, meilleur jeu d’action/aventure et donc meilleur jeu tout court : la dernière création du studio Naughty Dog a écrasé la concurrence cette année. Il y avait pourtant du niveau…

À LIRE AUSSI > The Last of Us part II : le test par Jeux Vidéo Magazine


null

Meilleure direction artistique : Ghost of Tsushima

C’est l’autre jeu de l’année, puisque Ghost of Tsushima a décroché la Voix des joueurs (autrement dit le prix du public) en plus du convoité Game Award de la meilleure direction artistique.

Inspirée de mangas cultes comme Lone Wolf & Club, et de cinéastes comme Akira Kurosawa, la direction artistique proposée par le studio Sucker Punch (auteur des séries Sly et InFamous) nous transporte dans le Japon féodal du XIIIe siècle, dans la peau d’un samouraï résolu à bouter l’envahisseur Mongol hors de son archipel. Envoûtant, dépaysant, et ardu comme il se doit, un des jeux d’action incontournables de cette année.


Meilleur RPG : Final Fantasy VII Remake

Il n’existe pas beaucoup de jeux à avoir autant d’aura que le Final Fantay VII de 1997, vendu à presque 10 millions d’exemplaires sur la première PlayStation. Un succès critique autant que commercial, justifié par la splendeur des graphismes, la richesse des quêtes, et tout simplement par un univers de jeu d’une profondeur alors inédite.

Autant dire donc que le remake, 23 ans plus tard, était à haut risque… et Square Enix s’en est tiré remarquablement ! Ceux qui avaient passé des heures sur l’original ont retrouvé le même plaisir, avec quelques surprises de plus et un tempo globalement plus élevé. Ceux qui découvraient cet épisode ont tout simplement eu entre les mains ce que 2020 a fait de mieux en matière de jeu de rôle. La récompense obtenue aux Game Awards (doublé d’un prix de la meilleure musique) timbait donc sous le sens…

À LIRE AUSSI > Final Fantasy VII Remake : le test de Jeux Vidéo Magazine


null
null

Meilleure simulation sportive : Tony Hawk’s Pro Skater 1+2

C’est une petite suprise, car les Game Awards nous avaient habitués à distinguer des jeux de course dans cette catégorie. Mais cette année, c’est donc la légende du skate-board Tony Hawk qui a doublé Dirt 5, F1 2020, ainsi que FIFA 21 et NBA 2K21.

En choisissant de revisiter de fond en comble les mythiques épisodes 1 et 2 de la licence de glisse, Activision a accouché d’une simulation superbe, fluide, et suffisamment piégeuse pour occuper durablement les esthètes du ollie et les connaisseurs des skate-parks de légende qui figurent dans ce titre.

Outre les modes de jeux bien connus des amateurs mais revus et corrigés en HD avec effets de textures et de lumières impeccables, la galerie de skaters célèbre s’est évidemment élargie par rapport aux éditions des années 1999-2000. Et les possibilités de créations de ses propres skate-parks et de jeu en ligne démultiplient les options.


Meilleur jeu familial : Animal Crossing : New Horizons

On l’aborde en dernier, mais voici sans doute LE jeu qui aura marqué 2020 bien au-delà du cercle des gamers. Le 5e épisode d’Animal Crossing s’est en effet écoulé à des niveaux seulement atteints par Mario Kart sur Switch, grâce à des ingrédients parfaitement « Nintendiens » : pas de violence, un univers mignon à souhait (mais pas niais), et une expérience de jeu qui sort vraiment des clous.

Dans Animal Crossing, nul monstre à occire, pas de record à battre ni vraiment de quête à mener à terme. Il s’agit simplement, sur un île très cosy, de se balader, attraper des insectes, agrandir sa maison, refaire sa garde-robe… ou tout autre chose. Car dans ce jeu à nul autre pareil, chacun fait ce qui lui plaît. Une liberté qui explique sans doute qu’en cette année de confinement Anima Crossing ait tranquillement conquis tant de joueurs.


null
Arrow scroll to top