7 BD complètement à l’Ouest

Le western est increvable. Il continue de nous fasciner. Et ce réservoir d’histoires pourtant bien éloignées de nous dans l’espace (l’Ouest américain) et le temps (la deuxième moitié du XIXe siècle, entre la fin de la guerre de Sécession et la fin de l’Ouest « sauvage »), a inspiré et inspire encore des générations d’auteurs de BD… et leurs lecteurs !
Envie de grands espaces, de duels au soleil et de folles cavalcades ? Voici 7 séries pour explorer le Far West dans toutes ses dimensions.

Lucky Luke, Blueberry, Comanche : les grands classiques du western en BD

Histoires de détectives, de pirates, de guerre… et de cow-boys : la majorité des grandes séries de « l’âge d’or » de la BD franco-belge relevaient de ces quatre genres. Avec des séries comme Lucky Luke, Blueberry et Comanche, le western fait bonne figure au rayon des grands classiques...

Lucky Luke

Lucky Luke : l’incontournable

Le Stetson blanc, le tir-plus-vite-que-son-ombre, le destrier aussi génial que les hors-la-loi sont crétins… Né en en 1946 sous le crayon du génial Morris, enrichi par les dons de conteur de Goscinny à partir de 1957, puis transmis à des héritiers aussi respecteurs qu’inventifs (Achdé au dessin, Jul au scénario), Lucky Luke est un monument de la BD, et même de la culture francophone tout court.
Spirou, Pilote, Tintin, et même Pif Gadget : les aventures de Luke, Jolly Jumper, Rantanplan et compagnie sont parues dans tous les journaux phares consacrés à la bande dessinée. La série compte 80 albums en tout, 10 adaptations au cinéma et en séries animées, et aura connu 2 dessinateurs pour 15 scénaristes (dont des romanciers comme Daniel Pennac et Tonino Benacquista). Un monument, on vous dit…

Blueberry

Blueberry : la référence

Même si Goscinny et Morris ont veillé à donner un fond de vérité aux aventures de leur cowboy, le vrai classique du western « réaliste », c’est Blueberry. Au gré de ses 54 albums (28 dans la série principale, et presque autant dans celles consacrées à sa jeunesse, ses aventures comme Marshall…), Mike S. Blueberry aura tout connu de l’Ouest.
Sur son berceau, deux légendes de la BD franco-belge : avec Jean-Michel Charlier (Buck Danny, Barbe-Rouge, Tanguy et Laverdure…) au scénario et Jean Giraud (alias Moebius) aux crayons, le personnage était mieux que bien né ! Légèrement cynique, pas commode, mais droit dans ses bottes, Blueberry est le prototype du héros de western… et ses aventures sont loin d’être finies !
En fin d’année, deux auteurs inattendus vont en effet raviver la flamme : Christophe Blain et Joann Sfar s’attaquent au mythe dans Amertume Apache, premier volet de la série Lieutenant Blueberry. Lors d’une patrouille, Mike Blueberry assiste au meurtre de deux femmes apaches par trois jeunes Blancs. Cet assassinat va-t-il rouvrir les sanglantes guerres indiennes ? Pas si le lieutenant peut l’empêcher…

Comanche

Comanche : l’outsider

En 1969, lorsque parût le premier épisode de Comanche dans Tintin, le western avait déjà bien changé. Au cinéma, Sergio Leone l’avait « spaghettisé », en BD Giraud et Charlier avaient fait de Blueberry un pistolero adulte et ambivalent… Bref, le défi n’était pas simple. En 15 albums, le scénariste Greg et le dessinateur Hermann (remplacé par Rouge à partir du tome 11) l’auront magnifiquement relevé.
Autour de l’as de la gâchette Red Dust et de Comanche, la propriétaire du ranch Triple Six, la série nous fait découvrir une autre région de l’Ouest (le Wyoming), dans une ambiance à la fois plus rude et plus mélancolique que Blueberry. Comanche, c’est l’autre grand classique « made in France » de la BD western.

Yakari

Yakari, le western des plus petits

Né la même année que Comanche, mais dans un genre beaucoup plus léger, Yakari fait le bonheur des petits lecteurs depuis donc 50 ans. Son dessinateur depuis ce demi-siècle, Derib, a été l’assistant et disciple de Peyo (les Schtroumpf, Johan et Pirlouit…) et cela se sent ! Merveilleux, coloré, et d’un trait délicieusement souple, son style correspond parfaitement aux intrigues de Job, puis de Joris Chambain pour les deux derniers albums.
Autour de Yakari, le petit Indien qui a la faculté de parler aux animaux, de son mustang Petit Tonnerre, c’est tout un bestiaire et une distribution qui font de cette série l’une des plus attachantes du rayon jeunesse.

Les nouveaux westerns

Après quelques années moins fastes, on a pu se demander si d’autres belles aventures de cow-boys allaient pouvoir se développer, ou si l’héritage des géants Morris, Giraud ou Hermann était au contraire trop lourd à porter. Réponse : il y a encore des histoires sauvages à l’Ouest ! Depuis le début des années 2000, le genre du western est revenu à la mode (dans le cinéma aussi, d’ailleurs), avec de très belles réussites.

Undertaker

Undertaker : le phénomène

Avec ce cinquième tome à paraître le 31 octobre 2019, Undertaker a toutes les chances d’occuper les esprits des bédéphiles à l’approche de Noël (en particulier avec cette sublime édition exclusive…). Car depuis sa création en 2015, la série mettant en scène le redoutable croque-mort Jonas Crow a viré au phénomène éditorial.
La raison ? D’abord une ambiance unique, avec un humour ravageur et une tension omniprésente, largement due à des personnages parfaits. Le faux calme et faux cynique Crow, la belle et droite Rose, l’imperturbable Lin : aussi mal assorti que complémentaire, le trio fait merveille. Tout comme fait merveille le trait musclé et expressif de <Ralph Meyer sur les scénarios du scénariste à qui tout semble sourire : Xavier Dorison.

A lire aussi > Xavier Dorison nous parle d’Undertaker

Bouncer

Bouncer : la série qui dynamite le genre

Avant Undertaker, une autre série avait commencé à marquer le retour au premier plan du western : Bouncer. Une saga dense (11 tomes), et surtout très décalée dans ce genre très codifié… Mais ce n’est pas étonnant quand on a pour « papa » l’un des scénaristes les plus déjantés du 9e art : Alexandro Jodorowsky (L’Incal, les Méta-Barons...).

Et comme metteur en images un des dessinateurs les plus inventifs de sa génération : François Boucq, grand prix d’Angoulême 1998, et auteur de bandes dessinées aussi diverses que les absurdes et hilarantes aventures de Jérôme Moucherot, celles en mode thriller surnaturel du Janitor... et donc Bouncer.

Centrée autour d’un videur (« bouncer » en anglais) d’un saloon, manchot mais d’une habileté diabolique au six-coups, la série nous permet petit à petit d’en apprendre plus long sur ce personnage fascinant, au passé familial trouble, et pétri de contradictions.

Jusqu’au dernier

Jusqu’au dernier : le futur du genre ?

C’est l’un de nos gros coups de cœur du moment, et vous allez vite comprendre pourquoi. Signée Jérôme Félix et Paul Gastine, duo déjà derrière l’excellent Héritage du diable, Jusqu’au dernier est un western crépusculaire, désespéré, et pourtant superbe.
La dernière chevauchée du vieux Russell, de son fils adoptif Bennett et de Kirby, dans un Far West en voie de « civilisation » par la grâce de l’arrivée du chemin de fer, va en effet tourner au vinaigre. Et leur projet de s’établir comme fermiers au lieu de conduire les troupeaux à travers les vastes étendues sauvages va être contrarié. Lue d’une traite, servie par un dessin classique et remarquablement maîtrisée et des couleurs somptueuses : Jusqu’au dernier vaut le détour !

Cumulez des Tickets

retrait gratuit en magasin

Des milliers de produits

livrés chez vous

Tous vos produits

à prix E.LECLERC

Paiements

100% sécurisés
Arrow scroll to top