2020, année mélodique

« À quelque chose malheur est bon », et il faut croire que le confinement n’a pas eu que des mauvais côtés. Si on ne regrettera sans doute pas trop cette année 2020, elle aura eu en tout cas un mérite : offrir aux artistes l’occasion de se poser, de se recentrer et de laisser libre cours à leur inspiration.

2020 a donc vu naître quelques superbes compositions musicales, notamment en ce qui concerne la scène française, et a laissé le temps aux auteurs-compositeurs de parfaire la production de leurs derniers albums. Tour d’horizon des sorties maintenues dans le dernier trimestre 2020, envers et contre tout !

Cabrel, Vianney, Kendji… Des cadors gonflés à bloc !

Transformer les épreuves et la douleur en poésie, trouver la lumière et la joie dans la grisaille ambiante : c’est à cela que l’on reconnaît le génie créatif des artistes dont la scène française ne manque pas. Rien, en tout cas, n’aura arrêté les têtes d’affiche de la variété française qui ont profité de cette période de confinement pour achever la production d’albums marqués par des collabs de choc et une certaine maturité.

Francis Cabrel : à l’aube, il revient

5 ans, c’est le temps qu’il aura fallu au Dylan de la chanson française pour sortir ce nouvel album. Dans le style folk qui le caractérise si bien, Francis Cabrel s’adresse à son père défunt, il y chante l’amour mais y évoque aussi notre époque troublée par la crise et le terrorisme ainsi qu’une planète maltraitée. A l’aube revenant, le quatorzième album de Francis Cabrel sorti le 16 octobre, est donc un bien une composition de son temps : un album en clair-obscur, entre espoir et mélancolie.

Ben Mazué : la sensibilité au bord des lèvres

3 ans après le succès de La Femme idéale, Ben Mazué revient avec Paradis, un nouvel album toujours aussi juste de tendresse et de poésie. Depuis l’île de la Réunion où il a composé cet album, celui qui navigue toujours entre rap, groove et balade y évoque sa rupture sentimentale avec beaucoup de sensibilité mais aussi avec une forme d’optimisme pour parler d’une « histoire très belle qui se termine » (sur le titre Le cœur nous anime). Isolé dans son coin de Paradis, l’auteur-compositeur dit y avoir beaucoup marché pour y puiser son énergie créatrice. De l’air, de la poésie et des mélodies rythmées : Paradis nous offre tout ce qu’il faut pour chalouper nos temps confinés.

Vianney : l’invitation à vivre

La guitare et les mélodies toujours aussi efficaces, Vianney délivre un troisième album dont le titre contrevient délicieusement aux contraintes sanitaires qui s’imposent à nous en ce moment : « N’attendons pas » (sous-entendu, de vivre). Une vraie bouffée d’air frais que ce nouvel opus qui chante, de titre en titre, l’amour, la femme aimée, la paternité et la vie avec une légèreté bienvenue en ces temps graves.

La Vida extraordinaire de Kendji Girac

Carton plein pour le quatrième album évènement de Kendji Girac, sorti le 9 octobre dans les bacs. Celui qui avait fait chavirer les cœurs du public dans le célèbre télé-crochet The Voice, s’offre un album taillé sur mesure, serti de duos de choc avec d’autres stars des charts comme Maître Gims, Slimane ou Dadju. Mi Vida reste fidèle à l’univers Gipsy Pop qui a fait le succès du chanteur et le propulse dans les sommets des classements en attendant de pouvoir le retrouver sur toutes les scènes françaises.

Louane : l’album de la maturité

The Voice n’en finit décidément pas de faire naître des talents. Dans les pas de Kendji Girac, Louane a elle aussi fait son chemin depuis son passage remarqué sur TF1. Après deux albums à succès, des rencontres artistiques déterminantes (notamment avec Damso aux commandes de deux titres sur La joie de vivre) et un enfant, Louane revient au-devant de la scène musicale avec l’album de la maturité. La production y est nettement plus musclée, les paroles et mélodies sont ciselées et l’univers très varié, nous fait passer de morceaux très dansants à des titres plus sensibles. Alors que nous sommes nombreux à vivre le confinement comme une contrainte, Louane nous prouve avec La Joie de vivre, sorti ce 23 Octobre, que le temps de l’attente est aussi celui de l’épanouissement et, parfois, de la consécration.

Suzane, Hervé, Tessae : l’année des révélations

Si de nombreux spectacles et concerts ont dû être annulés, 2020 nous aura quand même réservé son lot de découvertes et de jolies surprises avec la sortie d’albums qui sonnent comme des révélations.

Suzane : le coup de cœur de la scène électro-pop

Impossible d’échapper au phénomène Suzane qui a débuté en 2019 et a, depuis, fait exploser tous les compteurs. Celle qui se définit comme une « conteuse d’histoires vraies sur fond d’électro » est une femme qui est furieusement d’aujourd’hui : harcèlement, homophobie, sexisme, environnement … Suzane égrène un à un tous les sujets majeurs de son temps sur ce premier album : Toï Toï qui sortira dans les bacs le 27 novembre. Le joyau de la Pop qui a fait danser tous les festivals de 2019 à coups de grosses nappes électro se savourera désormais à domicile. Et en attendant de pouvoir la retrouver sur scène, découvrez une prestation en ligne de Suzane grâce à la 7ème édition du festival Culturissimo. Pendant plus de deux mois, des artistes se sont mobilisés pour offrir des lectures et des concerts à écouter chez soi à l’occasion du « Festival Culturissimo chez vous ». La programmation, toujours disponible actuellement, met ainsi à la disposition de chacun les mini concerts de Tété, Alain Souchon, Suzane, Jean Louis Aubert et bien d’autres artistes, afin de soutenir le monde du spectacle. Même loin des scènes, savourez ces instants musicaux à l’abri du danger et continuez à faire vivre la culture.

Tessae : la Bilie Eilish française

19 ans et déjà une audace et un style bien trempé. Révélée par Booba et propulsée sur le devant de la scène grâce aux réseaux sociaux et le carton de son titre « Bling » sur TIK TOK pendant la première période de confinement, Tessae est un pur produit de son époque : totalement décomplexée, portée par une énorme communauté de followers et résolument engagée. Entre rap, électro et pop, la Bilie Eilish française évoque sa vie et ses déboires de manière engagée et en laissant libre cours à sa créativité. Saisons sortira le 4 décembre dans les rayons et l’on n’attend désormais plus qu’une chose : qu’il se déconfine aussi sur toutes les scènes de France.

Hervé : Alain Bashung, sors de ce corps…

Il s’était fait connaître en 2019 avec son EP « Mélancolie F.C. ». Mais c’est à l’occasion du confinement qu’il a passé chez son père en Bretagne, qu’Hervé est passé à la vitesse supérieure et a choisi de peaufiner son premier album « Hyper », sorti le 19 juin. Sur des mélodies électro « hyper » entraînantes, Hervé pose sa voix et son phrasé à la Bashung. Véritable autodidacte, il s’est plutôt bien accommodé des contraintes de la période, poussant l’exercice jusqu’à écrire, composer, interpréter depuis sa chambre et même illustrer l’ensemble grâce à des vidéos made in confinement. Comme quoi, rien n’arrête le talent en marche !
Arrow scroll to top